Notre structure notre equipe nos services nos conseils
chezmonveto
Nos conseils santé
Vous êtes ici : Accueil > Conseil santé > L’essentiel à savoir sur le colostrum
Imprimer En savoir plus
picto

L’essentiel à savoir sur le colostrum

En quoi sa composition diffère-t-elle de celle du lait ?

 

Comparé au lait, le colostrum présente trois différences principales :

  •  Il est très riche en immunoglobulines (Ig - principalement en IgG1) que l'on appelle communément anticorps (Ac). Un colostrum de bonne qualité en contient au moins 50 grammes par litre. On mesure cette qualité à l'aide d'un «pèse colostrum».
  • Il contient beaucoup de minéraux (magnésium), d'oligo-éléments (sélénium, zinc) et de vitamines (A et E).
  • Il est deux fois plus énergétique que le lait et plus digestible.

 

Quels facteurs influencent la concentration en immunoglobulines dans le colostrum ? 

 

Le numéro de lactation : les primipares produisent un colostrum de moindre qualité (50% d'Ig en moins) et en moindre quantité.

 

L'état sanitaire : si la vache souffre d'une mammite ou de parasitisme (douve) aux alentours du vêlage, le colostrum sera moins riche en Ig.


La couverture des besoins :

  • Energétiques : 7 à 8 UFL dans les deux derniers mois de gestation pour les laitières; 6 à 7 UFL du 7ème au 9ème mois pour les allaitantes.
  •  Protéiques : 80 grammes de PDI par UF.
  •  Vitaminiques : si les apports énergétiques et protéiques ne posent pas de problème majeur dans nos élevages modernes, il n'en est pas toujours de même pour les vitamines (A,D,E), les oligo-éléments (sélénium, cuivre, zinc) et les minéraux majeurs (phosphate, magnésium); c'est pourquoi il est recommandé de complémenter les vaches gestantes avec un CMV «vache tarie» pendant les 2 mois précédant le vêlage.

 

Comment distribuer le colostrum ?

 

La barrière intestinale du veau est perméable au colostrum principalement durant les 24 premières heures de vie (voir courbe). Il faut donc apporter le colostrum le plus tôt possible après la naissance.

L'objectif est d'administrer au veau une quantité suffisante de colostrum de bonne qualité, dans les 24 premières heures (dont le tiers dans les deux premières heures) soit, en litres, 10% du poids du veau en kilos (4,5 litres pour un veau de 45 Kg).

Or, le volume de la caillette du veau à la naissance n'excède pas 1,5 litre ! Cela suppose donc que le colostrum soit suffisamment concentré.

 

En pratique, on conseille donc de donner 3 repas de 1,5 litre de colostrum contenant au minimum 80 gr/L d'Ig. La première administration ayant lieu au plus tard, deux heures après la naissance.

Si, pour une des raisons évoquées ci-dessus, le colostrum est insuffisant en qualité et en quantité, il faudra y suppléer, en donnant du colostrum de vache correctement immunisée que l'on aura pris soin de congeler. La décongélation se fera dans un bain-marie, dont la température ne dépassera pas 40°C.

 

Le respect de ces quelques règles d'administration du colostrum permettra de diminuer considérablement le risque de maladie néonatale (septicémie, diarrhée) limitant ainsi la mortalité et la morbidité (nombre d'animaux malades). Les veaux auront une meilleure croissance (leur poids au sevrage sera plus élevé).


Retrouvez-nous sur notre page